Coupe du monde de paracyclisme à Québec

26 mai 2022



Ian Beaulieu, président-directeur général gestion SPACT, Mario Légaré, directeur général d’Adaptavie, Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Marie-Ève Croteau, athlète paracyclisme, double championne mondiale (2011 à 2013), Charles Moreau, athlète paracyclisme, double médaillé de bronze (Rio, 2016) Georges Gantcheff, propriétaire de Cromwell Management et Pierre Laflamme, président de Cyclisme Canada.

FOURNIE


Coupe du monde de paracyclisme à Québec: Croteau roulera dans les rues de son enfance


MIKAËL LALANCETTE

Le Soleil

Marie-Ève Croteau aura bien des raisons de se dépasser lors de la prochaine Coupe du monde de paracyclisme UCI, la première à être présentée à Québec, du 4 au 7 août prochains. La paracycliste aura non seulement la chance de briller dans sa ville natale, mais elle pourra en plus le faire dans les rues de son quartier d'enfance à Charlesbourg.

Le hasard veut même que le trajet de course contre la montre et de course sur route passe à quelques mètres de la maison de ses beaux-parents, un scénario inespéré pour la paracycliste native de Québec. «C’est rêvé, dit-elle avec une excitation dans la voix. Ma famille est hyper emballée, c’est magique. Je trouve ça chouette et j’ai vraiment hâte.»

Croteau est consciente qu’avec le privilège de pouvoir rouler devant les siens, sur un parcours «vraiment pas comme les autres», viendra aussi la pression de bien faire. «C’est une coche de plus pour devoir bien performer chez soi aussi, avoue l’athlète de 42 ans. C’est une bonne et une belle pression et j’aimerais ça bien performer. Ça peut-être un bonus.»

De l'ambiance à prévoir

La vétérane de l’équipe nationale croit bien qu’elle revivra l’ambiance chaleureuse qui enveloppe les épreuves de Coupe du monde et de Championnats du monde à Baie-Comeau depuis quelques années. «Les gens font la fête sur leur terrain, ils apportent la balançoire, la table à pique-nique et le BQQ devant chez eux, décrit-elle. C’est magique. Quand t’as des milliers de personnes à la ligne d’arrivée, c’est impressionnant.»

La proximité entre les athlètes et les spectateurs, en plein quartier résidentiel, pourrait faire une réelle différence pour elle, dans les rues où Croteau a grandi. «Tu es fatiguée et ça fait mal [aux jambes] et t’as des gens partout sur le parcours qui t’encouragent en criant : “Go Canada!’’ dit-elle en parlant de l’atmosphère qui règne lors des événements internationaux en sol canadien. Ça m’est même arrivé d’entendre : “Go Marie-Ève!’’. Je me suis dit : “Pardon?’’ Ça m’a donné le petit boost pour continuer. On parle souvent du septième joueur au hockey et c’est carrément ça. C’est une coche de plus.»

Rétablie d’un coude cassé, résultat d’une chute lors de la course sur route des T1-T2 aux Jeux olympiques de Tokyo, Croteau mettra le paquet à l’entraînement dans les prochaines semaines en vue de cet événement fort attendu, mais aussi des Championnats du monde qui auront lieu à Baie-Comeau qui les suivront, elle qui a dû faire l’impasse sur les dernières Coupes du monde en raison d’une chirurgie visant à soigner une hernie.

Une année écourtée

L’opération, qui devait avoir lieu à son retour du Japon, a été repoussée à trois reprises en raison des dernières vagues de la pandémie, ce qui est venu chambouler ses plans et écourter son début de saison. Croteau s’est donc rabattue sur le Défi sportif AlterGo, le plus grand événement multisport annuel au Canada, d’où elle est revenue avec deux victoires en poche.

Ce week-end, Croteau a prévu aller rouler le parcours de Québec en voiture après quoi elle s’y entraînera à vélo. Le quadrilatère est délimité par les rues du vignoble et de Chamonix, des 7e et 10e avenues et de l’avenue Gaspard, de la rue du Rhéaume puis l’avenue du Bourg-Royal

La résiliente paracyliste de Charlesbourg quittera ensuite pour Bromont, où l’équipe nationale tiendra son prochain camp d’entraînement, du 12 au 22 juin, en préparation pour les championnats canadiens, à Edmonton en Alberta, du 23 au 27 juin.

L’expérience de 2013

L’idée d’organiser la première Coupe du monde de paracyclisme de l’histoire à Québec la semaine précédant les Championnats du monde à Baie-Comeau [du 11 au 14 août] remonte à 2013, année où les organisateurs de l’époque, Paramanic international, avaient jumelé la tenue de ces deux événements dans les villes de Baie-Comeau et Matane, un succès monstre à l’époque.

«On leur a proposé la même chose [pour 2022] et l’UCI a embarqué là-dedans à 100%, explique l'homme qui s’en est inspiré, le président et directeur général de Gestion SPACT, Ian Beaulieu. Comme la logistique avec le traversier [pour Matane] est complexe, on s’est dit que la faire [la coupe du Monde] dans la ville touristique de la province, Québec, était la destination idéale.»

Des millions en jeu

Les retombées seront énormes pour la Capitale-Nationale : plus de 300 athlètes provenant de 35 nations — 85% des athlètes proviennent d’Europe et d’Asie —, près de 1500 nuitées en hébergement générées et des retombées commerciales estimées à 4,5 millions $.

Qui plus est, les organisateurs feront d’une pierre deux coups en jumelant la Coupe du monde de Québec une semaine avant les Championnats du monde de Baie-Comeau, ce qui aura comme effet de rendre la capitale encore plus populaire attrayante. «95% des athlètes qui vont participer aux Championnats du monde vont être à Québec, prédit l'organisateur. On aurait annoncé juste une Coupe du monde à Québec, sans les Championnats, et on aurait eu 225 à 250 athlètes au lieu de 300 à 325, avec un nombre d’accompagnateurs moindre. Le plus-value de la retombée est vraiment là.»

Tous les détails des parcours et des trois compétitions de la Coupe du monde de Québec sont disponibles sur https://paracyclismequebec.com/



Pour lire l'article original dans Le Soleil : https://www.lesoleil.com/2022/05/27/coupe-du-monde-de-paracyclisme-a-quebec-croteau-roulera-dans-les-rues-de-son-enfance-d27f6cb2248bdb